morveux


morveux

morveux, euse [ mɔrvø, øz ] adj. et n.
XIIIe; de morve
1Vétér. Atteint de la morve.
2(XVe -XVIe) Cour. Qui a de la morve au nez. Enfant malpropre, barbouillé et morveux. PROV. Qui se sent morveux (qu'il) se mouche : que la personne qui se sent visée par une critique en fasse son profit. Loc. Se sentir morveux : n'être pas très fier de soi.
3 N. Fam. péj. Jeune enfant. gamin. « Une petite morveuse qu'on aurait encore dû moucher » (Zola). Spécialt Garçon, fille très jeune qui se donne des airs d'importance. péteux. « on le traita de morveux, et on l'envoya coucher » (R. Rolland).

morveux, morveuse adjectif Qui est atteint de la morve. Qui a la morve au nez : Un enfant sale, morveux.morveux, morveuse (expressions) adjectif Se sentir morveux, prendre conscience de ses torts. ● morveux, morveuse nom Familier Petit garçon ou petite fille sans expérience. Personne jeune qui fait l'importante.

morveux, euse
adj. et n.
rI./r
d1./d adj. Qui a la morve au nez.
Prov. Qui se sent morveux (qu'il) se mouche: que celui qui se sent visé par une critique en fasse son profit.
d2./d n. Fam. Jeune enfant.
|| Jeune prétentieux.
rII./r adj. MED VET Atteint de la morve.

⇒MORVEUX, -EUSE, adj. et subst.
I. Adjectif
A.MÉD. VÉTÉR., PATHOL.
1. De la morve, qui est relatif à la morve. Farcin morveux, jetage morveux. Par voie cutanée et par voie intratrachéale, on produit les lésions du farcin et une pneumonie morveuse sans tubercules. Mais si, comme l'a montré Nocard, on fait ingérer au cheval une petite quantité de bacilles morveux mélangés à l'eau de boisson, on produit, sûrement et toujours, des lésions de morve pulmonaire à tubercules (CALMETTE, Infection bacill. et tubercul., 1920, p.155). V. morve A.
2. Qui est atteint de la morve. Animal morveux. Un sieur de Goulet, (...) qui, fournisseur aux armées, avait été condamné aux travaux forcés, en 1812, pour avoir livré, au lieu de boeuf, la viande de chevaux morveux (A. FRANCE, Mannequin, 1897, p.96).
♦[P. méton.] D'un animal atteint de la morve. Quant à l'infection par voie digestive, si elle est démontrée pour certains animaux de ménagerie, alimentés de viande morveuse, elle paraît douteuse chez l'homme (MACAIGNE, Précis hyg., 1911, p.224).
Emploi subst. Paul Courmont, chez un morveux, n'a obtenu qu'une agglutination à 1 pour 20 (COURMONT, DUFOURT ds Nouv. Traité Méd. fasc. 4 1925, p.348).
B. — [Correspond à morve B]
1. Usuel. Qui a la morve au nez, qui est couvert de morve. Enfant morveux, nez morveux. Des ventrées de galopins morveux qui soufflaient par le nez d'incomparables chandelles (HUYSMANS, Marthe, 1876, p.128). La pénitence est faite pour ceux qui sont déjà dedans, dans la pénitence, les vieillards morveux, les malades, les prisonniers (AUDIBERTI, Quoat, 1946, 2e tabl., 1946, p.63).
Loc. fig. et proverbes
Il vaut mieux laisser son enfant morveux que de lui arracher le nez. V. arracher I A 1 b.
Qui se sent morveux, (qu'il) se mouche. Celui qui se sent atteint par une critique de portée générale, doit en tirer profit et s'appliquer la leçon qu'elle comporte. — C'est pour moi, ça? — C'est pour qui veut le prendre. Quand on est morveux, on se mouche (COURTELINE, Linottes, 1912, VIII, p.127).
Se sentir morveux. Se sentir coupable, atteint par le jugement proféré, la critique émise:
1. Comme je fais observer à Bauër que j'ai en horreur ceux qui écrivent contre les maîtres et qui flanquent leur bonne à la porte en lui donnant trois jours, Bauër, qui se sent morveux, dit que c'est d'un esprit étroit, que je confonds deux choses différentes: la vie et les idées...
RENARD, Journal, 1897, p.379.
2. [Appliqué à une chose]
a) P. anal. Omelette morveuse. ,,Omelette peu cuite; on dit plutôt omelette baveuse`` (LITTRÉ).
b) PHYTOPATHOL. Qui a la morve, se pourrit. [La morve] est également une sorte de pourriture qui atteint les laitues et les chicorées; elles sont alors dites morveuses (FÉN. 1970). V. morve B 2.
c) P. métaph. ou au fig. Un pisseur de ciel tout morveux de pisse de pluie encore trois fois trop bon pour la tête de cochon de ce pays (GIONO, Eau vive, 1943, p.85). V. aussi fermenté ex. de Queneau:
2. ... ce réalisme nihiliste conduit Renard, comme avant lui Flaubert, à une conception toute formelle de la beauté. La matière est morveuse et sinistre, mais ces sensibilités d'élite vibrent à la phrase qui paie avec magnificence cette pauvreté.
SARTRE, Sit. I, 1947, p.312.
II.Subst., au fig., fam. et vulg. Enfant, personne très jeune (que l'on doit encore moucher). Elle et le petit duc de Morny, le morveux, qui a cinq ans (GONCOURT, Journal, 1865, p.144). Sa musique va attirer tous les gosses du quartier. Justement, voici les premiers de ces morveux (T'SERSTEVENS, Itinér. esp., 1963, p.120).
Péj. Personne gonflée de prétentions en dépit de son jeune âge; jeune fat, mijaurée. Un sale petit morveux. Qui est-ce qui m'a bâti une morveuse pareille!... une gamine, on lui presserait le nez il en sortirait du lait, qui se permet de donner des ordres (...) à son mari! (COURTELINE, Vie mén., 1931, p.169). Une bande de petits morveux, des petits batailleurs, bien ragoteurs, bien enragés, bien connards (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p.274):
3. Je vous ai mouché, morveux, et je vous moucherai encore. En grandissant, vous avez trouvé moyen de vous rapetisser (...) nous sommes allés chacun de notre côté, moi du côté de l'honnêteté, vous du côté opposé.
HUGO, Quatre-vingt-treize, 1874, p.227.
Prononc. et Orth.:[], fém. [-ø:z]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Adj. 1. ca 1223 «(personne) qui a de la morve au nez» (GAUTIER DE COINCI, éd. V. F. Koenig, II Mir. 20, 274); 2. XIIIe s. méd. vétér. (Glossaire Glasgow, 159b ds T.-L.). B. Subst. 1. 1238-39 terme injurieux «poltron» (THIBAUT DE CHAMPAGNE, Chansons, éd. A. Wallensköld, LIII, 18); 2. 1640 «garçon, fille très jeune qui se donne des airs d'importance» (OUDIN Curiositez); 3. 1662 «gamin, gamine» (L. RICHER, Ovide bouffon, p.113 ds LIVET Molière). Dér. de morve; suff. -eux. Fréq. abs. littér.:107.

morveux, euse [mɔʀvø, øz] adj. et n.
ÉTYM. XIIIe; de morve.
1 Vétér. Qui est atteint de la morve. || Chevaux morveux (→ 1. Lieu, cit. 31).
2 (V. 1220). Cour. Qui a la morve au nez. || Enfant malpropre, barbouillé et morveux.
Prov. (XVIe). Fig. Qui se sent morveux (qu'il) se mouche : que celui qui se sent visé par une critique d'ordre général la prenne pour lui et en fasse son profit.
1 — Je dis que la peste soit de l'avarice et des avaricieux. — De qui veux-tu parler ? — Je ne nomme personne. — Je te rosserai, si tu parles. — Qui se sent morveux, qu'il se mouche.
Molière, l'Avare, I, 3.
3 N. (XVe). Fam. Petit garçon, petite fille. || Un morveux qui braille sans arrêt (→ Beugler, cit. 5).Par exagér. Très jeune homme, très jeune fille.
2 (…) mais voyez donc ce morveux, comme il est joli en fille ! j'en suis jalouse, moi !
Beaumarchais, le Mariage de Figaro, II, 6.
3 Un oncle à succession ne se conduit pas ainsi, sans des intentions envers une petite morveuse ramassée dans la rue.
Balzac, Ursule Mirouët, Pl., t. III, p. 271.
4 Ah ! une jolie pépée (Nana), comme disaient les Lorilleux, une morveuse qu'on aurait encore dû moucher et dont les grosses épaules avaient les rondeurs pleines, l'odeur mûre d'une femme faite.
Zola, l'Assommoir, t. II, XI, p. 155.
(1656). Par ext. et péj. Personne très jeune qui se donne des airs d'importance.
5 Le capitaine (…) accusa par surcroît une quantité de morveux, de jean-fesse et de propre-à-rien que je ne connaissais pas du tout (…)
France, le Crime de S. Bonnard, Œ., t. II, I, I, p. 287.
6 (…) il interpellait les siffleurs, il avait envie de se battre. Sa voix se perdait au milieu du bruit; il se fit apostropher grossièrement : on le traita de morveux, et on l'envoya coucher.
R. Rolland, Jean-Christophe, Antoinette, p. 915.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • morveux — morveux, euse (mor veû, veû z ) adj. 1°   Terme de vétérinaire. Cheval morveux, cheval qui a la morve. 2°   Qui a la morve au bout du nez. Nez morveux. •   Quand d enfants la troupe morveuse à coups de lanières de cuir Par ci, par là le font fuir …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • morveux — Morveux, [morve]use. adj. Qui a de la morve, à qui la morve paroist. Un enfant morveux. nez morveux. il est tousjours morveux. On dit prov. qu Il vaut mieux laisser son enfant morveux que de luy arracher le nez, pour dire, qu Il vaut mieux… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • morveux — morveux, euse n. Enfant agaçant, vaniteux …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • morveux — Morveux, Mucosus …   Thresor de la langue françoyse

  • MORVEUX — EUSE. adj. Qui a la morve au bout du nez. Enfant morveux. Nez morveux. Il est toujours morveux.   En termes d Art vétérinaire, Cheval morveux , Cheval qui a la maladie appelée Morve. Prov. et fig., Il vaut mieux laisser son enfant morveux que de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Morveux — Snotling Les snotlings sont des créatures fantastiques issues du monde de Warhammer. Leur nom n est traduit que dans la première édition du jeu de rôle Warhammer, où ils sont appelés morveux. Présentation Le snotling[1] est une créature… …   Wikipédia en Français

  • morveux — adj., qui a la roupie au nez, qui ne se mouche pas ; (injure envers un jeune qui veut faire l important) : an nyarâ, âye, é (Saxel.002b), nyareu / nyareû, za, e péj. (Albertville.021b / 002a), R. => Morve (nyâra) ; morvalu, wà, wè… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • MORVEUX, EUSE — adj. Qui a la morve au nez. Enfant morveux. En termes d’Art vétérinaire, il signifie aussi Qui est atteint de la maladie appelée Morve. Cheval morveux. Prov. et fig., Il vaut mieux laisser son enfant morveux que de lui arracher le nez. Voyez… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Qui se sent morveux se mouche. — См. Где зудит, там и чешут. Qui se sent morveux se mouche. См. Знает кошка, чье мясо съела. Qui se sent morveux se mouche. См. У кого свербит, тот и почешись …   Большой толково-фразеологический словарь Михельсона (оригинальная орфография)

  • Se sentir morveux — ● Se sentir morveux prendre conscience de ses torts …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.